MERVEILLE OUBLIEE

Beaucoup passent, te voient, mais ne te regardent pas.
Tu es là, au fond de cette boutique et tu attends,
Que quelqu'un s’arrête ou revienne sur ses pas,
Que l’on te prenne avec un sourire attendrissant.

Par-là je suis passée, et me suis arrêtée.
Il ne m’a pas fallu des heures,
Pour t’apprécier à ta juste valeur.
Délicatement, je t’ai emportée.

Je t’ai rafraîchie, dorlotée, avec des gestes sûrs.
Effaçant quelques traces d’usure.
Un peu de jeunesse tu as repris,
Pas trop, car de ton charme, elles font partie.

Oubliée dans cette vieille malle noire.
Il fallait faire revivre ton histoire.
Qu’il me fut facile d’imaginer,
Histoire d’hier, histoire de nos ancêtres aimés !

Et te voilà renaître, jolie dentelle,
Sur ce meuble d’aujourd’hui,
Te faire vivre pour demain une histoire nouvelle,
Avec moi, rassures toi ! Elle n’est point, là, d’être finie !

Christine W. dite Cricri